À l'attention des visiteurs de Fransais!

À propos des changements dans la maternité de substitution en Ukraine:

Lire Fermer
En relation avec les questions fréquemment posées par nos clients, nous vous informons
Actuellement en Ukraine:

Les activités des cliniques de maternité de substitution officielles sont approuvées et accueillis par le Ministère de la santé de l'Ukraine. Nous sommes une telle clinique.

Notre clinique du prof. Feskov A.M. a le maximum de fiabilité et bénéficie de la confiance des citoyens étrangers.
Tous les enfants nés à la suite de programmes de maternité de substitution sont rentrés chez eux avec leurs parents génétiques sans entrave.

La pratique courante pour quitter l’Ukraine avec un bébé consiste à se rendre au consulat pour obtenir un document de voyage ou un passeport. Outre la pratique habituelle pour quitter l’Ukraine, nous appliquons avec succès des méthodes éprouvées:


Si vous avez des questions sur la participation à des programmes de maternité de substitution, vous pouvez poser vos questions à nos avocats, dans le formulaire de contact ou en nous contactant directement
Écrivez
nous

Comment nous travaillons

Notre travail peut être difficile de temps en temps, mais tout est compensé quand on voit à quel point les gens que nous aidons sont heureux. Pour un couple d'Allemagne, l'utilisation du programme de gestation pour autrui était la seule chance de donner naissance à un enfant. Et grâce à nous, ils l'ont fait. Nous utilisons toutes les occasions pour apporter du bonheur aux gens, de devenir parents, nous prenons en charge les cas les plus difficiles et extraordinaires et nous réussissons. Et chaque fois que grâce à mes efforts, une nouvelle vie est produite et une famille est augmentée, je ressens une satisfaction et fierté.

«Ça fait plusieurs années que nous ne pouvons pas avoir un enfant. La FIV ne marche pas. Tous les transferts d’embryons à l’utérus n’arrivent à rien. Nous sommes presque au désespoir. Il ne nous reste que la dernière option - le recours à une mère porteuse. Mais ça vaut-il la peine de se décider à le faire?». Par mon métier, j’entends souvent des choses pareilles. Les peurs et les préjugés empêchent souvent un couple marié de décider à faire un recours à une mère porteuse, bien que dans de tels cas, cette méthode de reproduction puisse devenir la seule solution au problème. Comme la réponse aux questions pareils, je voudrais raconter une histoire vraie dans laquelle le même problème a été résolu avec succès à l'aide de la gestation pour autrui, et l’enfant tant attendu est apparu dans la famille.

D’abord quelque mots sur moi-même. Je suis médecin de la reproduction avec 18 ans d’experience, candidat en sciences médicales. Au début j’ai travaillé à l’hôpital public, traité des problèmes d'infertilité. Mais puis je suis allé travailler à la clinique de gestation pour autrui de professeur Feskov, parce qu’ici on peut grandir et s’épanouir constamment. Ensuite, j'ai réussi à recevoir une formation des experts mondiaux des États-Unis et du Japon. Je suis membre de l’association ERSHE, et en 2015 je suis devenu membre de l'ASRM - l'organisation la plus avancée dans le domaine des progrès dans les technologies de reproduction. J’aime que le travail à la clinique me permet de combiner la pratique avec les activités de recherche, mais la chose la plus importante que cela donne plus de possibilités à aider les couples qui rêvent de faire leur famille plus grande.

 

Il y a deux ans, un couple d'Allemagne s'est adressé à notre clinique. Ils avaient un problème multiple: les médecins allemands ont diagnostiqué une infertilité secondaire chez la femme, et le mari avait des problèmes de reproduction. Cependant, le couple n’était pas jeune, tous les deux dépassaient de loin 40. Ils voulaient beaucoup avoir un enfant et ils se sont déjà adressés dans plusieurs cliniques à Kiev et à Moscou. Au début, ils étaient toujours bien accueillis, mais le temps passait et le problème restait irrésolu. Et à la fin, il s'avérait qu'ils ne pouvaient pas aider. Le couple était au désespoir et s’est presque résigné avec leur infécondité quand on leur a conseillé notre clinique comme le dernier recours.

Tout d’abord, nous avons effectué un examen approfondi. La femme n’a jamais donné naissance aux enfants, mais à l'âge de 20 ans un avortement a été fait. Pour nous cela signifiait que ses œufs étaient capables d’être fécondés par un spermatozoïde. Il s’est avéré que la femme avait la réserve des follicules antraux abaissée dans les ovaires. Dans d'autres cliniques, on leur a dit qu'il était nécessaire d'utiliser exclusivement un ovule d’une donneuse. Mais la femme voulait vraiment utiliser ses propres ovocytes. Nous avons nos propres méthodes qui nous permettent d’obtenir un bon résultat même pour les ovaires dans les conditions comme ça (dans une certaine mesure nous sommes uniques parmi les autres cliniques de gestation pour autrui). Pour obtenir ses œufs on a conçu un plan individuel de stimulation d’ovulation et à la fin nous l’avons fait!

L’homme avait un spermogramme contradictoire: les spermatozoïdes de forme normale ne constituaient que 8 %. Mais on a fait un examen FISHtest, qui reflète la stabilité des chromosomes dans le processus de maturation des spermatozoïdes, et constaté que certains des spermatozoïdes répondaient pleinement à toutes les exigences.

En conséquence, nous avons réussi à utiliser les propres œufs de la femme et les spermatozoïdes de l’homme pour obtenir 7 zygotes, qui étaient placés dans un système spécial, où ils étaient constamment surveillées par un ordinateur spécial. Le troisième jour, seulement 2 embryons de haute qualité sont restés. Le cinquième jour, nous avons fait une biopsie de trophoectoderme, qui exige un travail d’un embriologue d’une finesse exceptionnelle, ce que nous pouvons faire très bien. Les résultats d'une étude génétique du matériel ont montré qu'un seul blastocyste était sain - un garçon avec un ensemble normal de chromosomes. Cela signifiait qu'il était temps de passer à l'étape suivante.

À ce moment-là, la clinique avait déjà conclu un accord avec ce couple. Des termes approximatifs ont été convenus et une mère porteuse a été sélectionnée.

Clinic DE LA MATERNITÉ DE SUBSTITUTION DU PROFESSEUR FESKOV

Le transfert de l'embryon dans l'utérus s'est bien passé et la grossesse est survenue. Au cours de la grossesse, nous avons surveillé le développement du fœtus. Le diagnostic périnatal a été effectué, plusieurs screenings ont été effectués, une échographie a été faite périodiquement. La mère porteuse était sous notre surveillance continue.

Et le résultat a été couronné du succès: l’accouchement s’est bien passé. Pour le couple d’Allemagne c’était l’événement attendu depuis longtemps comme un miracle. C'était agréable de voir leurs visages heureux quand on leur a montré le bébé. L’enregistrement des documents s’est passé vite - pour ça il y a un département spécial. Ils sont maîtres de leur métier, c’est pourquoi toutes les questions sur la légalisation ont été rapidement résolues, en dépit du fait que le couple était d'Allemagne, où il y a parfois des difficultés avec l'enregistrement. Et seulement quelques jours après la naissance, la famille, maintenant composée de trois personnes, est partie pour l'Allemagne. Après quelques mois, j'ai parlé avec la coordonnatrice de ce couple, elle a dit que la famille allait bien, et j'ai été très heureux de l'entendre.

Notre travail peut être difficile de temps en temps, mais tout est compensé quand on voit à quel point les gens que nous aidons sont heureux. Pour un couple d'Allemagne, l'utilisation du programme de gestation pour autrui était la seule chance de donner naissance à un enfant. Et grâce à nous, ils l'ont fait. Nous utilisons toutes les occasions pour apporter du bonheur aux gens, de devenir parents, nous prenons en charge les cas les plus difficiles et extraordinaires et nous réussissons. Et chaque fois que grâce à mes efforts, une nouvelle vie est produite et une famille est augmentée, je ressens une satisfaction et fierté.


Comentarios ()