contacts

Nouvelles dans le monde de la procréation médicale assistée

La médecine reproductive, l’embryologie, la génétique – sont les sciences, qui marchent à côté. Les découvertes dans un domaine contribuent en même temps aux progrès dans l’autre. Le progrès scientifique avance avec une telle vitesse, que l’homme ordinaire, parfois, ne peut pas s’imaginer quel sera le saut suivant et sa grandeur. Et si quelques 30-40 ans auparavant la procréation médicale assistée, notamment la « fécondation in vitro » était quelque chose de fantastique, de nos jours – c’est une thérapie assez perceptible dans le traitement de l’infertilité. Et quoi on dirait sur les nouvelles découvertes, qui troublent les nerfs des hommes de la rue les plus résistants et expérimentés.

Sensations ukrainiennes

La découverte, peut-être, la plus provocante dans le monde de la médecine reproductive sur le territoire de l’Ukraine, a été la naissance de l’enfant de trois parents. Auparavant seulement deux enfants ont vu le monde par cette voie. Mais la sensation n’était pas seulement dans le fait de telle procédure. Pour la réalisation de ces manipulations les savants ukrainiens ont utilisé la méthode de transfert pronucléaire, innovante en son genre.

On a utilisé les oocytes infécondés pour de tels buts jusqu’à janvier 2017 quand, conséquemment, l’enfant ukrainien est né avec la constitution génétique de trois parents. D’abord on a réalisé la reconstruction de l’ovule – on a déplanté les mitochondries de la cellule de donneur et puis - la fécondation. Les savants ukrainiens à leur part ont pu les premiers unir les cellules maternelles et de donneur à l’étape de la fécondation effective déjà. Ce schéma est élaboré pour la possibilité d’avoir les enfants génétiquement sains chez les femmes qui ont les troubles chromosomiques graves, qui sont transférées à l’enfant à partir des défauts des mitochondries. L’enfant futur reçoit 37 gènes à partir de l’ovule de donneur, et plus de 25 000 à partir des parents. Bien que la thérapie substitive mitochondriale ait provoqué l’orage d’indignation dans le monde, mais, tout de même, c’est un moyen unique prouvé pour le moment pour la solution des problèmes génétiques complexes chez l’enfant futur.

Qu’est-ce qu’il y a de nouveau dans le monde

La question sur la naissance des enfants sans maladies héréditaires est largement discutée par les savants du monde entier. Mais comment peut-on influencer sur le génome quand la conception est déjà faite? Cela est impossible au sein de la mère. De nouveau, la fécondation artificielle et la méthode FIV aident à résoudre cette question. La procréation médicale assistée est très efficace aujourd’hui, elle permet de trouver les anomalies chromosomiques chez l’embryon. Mais c’est une sélection effective – on réalise la sélection des fœtus sains.

En Chine au début de l’année on a réalisé avec succès pour la première fois les épreuves de la méthode CRISPR/Cas9 sur les embryons viables, qui permet de corriger, « d’éditer » d’une manière appropriée le génome de l’homme. Auparavant les épreuves pareilles n’ont été réalisées que sur les adultes. Cette expérience se trouve encore au début de son chemin vers la pratique clinique, mais, tout de même, il est possible de parler de son avenir révolutionnaire.

Et il est presque impossible de surprendre quelqu’un par des nouvelles telles que la naissance de l’enfant après 16 ans de cryoconservation de l’embryon, l’accouchement à l’aide de la procréation médicale assistée à l’âge de 65+, la découverte du gène d’infertilité. Ce sont les réalités de la vie actuelle. La reproduction postmortelle, les grands-mères qui ont donné naissance aux petits-fils et d’autres schémas d’utilisation de la procréation médicale assistée sont aussi fréquents. Avec une grosse demande pour la fécondation artificielle et grâce aux possibilités de la médecine moderne, rien n’est impossible dans l’avenir proche.


Nos représentants du service à la clientèle sont désireux de vous aider avec tout ce dont vous avez besoin.



Qu’est-ce qu’on attend plus tard ou un homme artificiel

La découverte par les savants du secret de conception, des processus de formation et de développement de l’embryon et d’autres miracles de la science choquent beaucoup de gens. Mais il ne faut pas oublier que les savants ce sont les gens qui résolvent les problèmes globaux de l’humanité et, en premier lieu ils font leurs découvertes dans le but suprême. Le traitement de l’infertilité est l’une d’elles. Dans quel sens la science marche-elle dans cette question plus tard?

De jour en jour les médias éclaircissent les nouveaux progrès dans ce domaine. L’un d’eux est l’utérus artificiel. Oui, c’est une réalité. Les savants ont créé le prototype de l’organe féminin qui assurait longtemps le fonctionnement du fœtus de mouton. La solution de ce problème non seulement sauverait les enfants prématurés aux premières semaines de grossesse mais contribuerait aussi à la résolution des questions éthiques liées à la gestation pour autrui.

On a connu, pratiquement avec la nouvelle sur l’utérus artificiel, la possibilité d’obtention des cellules souches stables, cultivées par voie artificielle, qui sont totipotentes– peuvent devenir les cellules embryonnaires et extraembryonnaires. Auparavant on a fait les tentatives réussies de former les cellules reproductrices artificielles à partir des cellules souches ordinaires. Ainsi, dans l’avenir proche on pourra élever l’ovule ou le spermatozoïde à partir de la peau.

Il faut obligatoirement noter que les savants ont élevé le premier embryon artificiel en 2017. Pour le faire on a utilisé les cellules souches embryonnaires et trophoblastes c’est-à-dire complètement sans gamètes. On réalise de telles expériences, bien sûr, sur les tissus autres que tissus humaines. Mais elles peuvent donner les réponses à plusieurs questions, pourquoi les avortements se passent, comment apparaissent les problèmes à l’étape de division cellulaire chez les fœtus et autres.

Le développement de la science par de tels rythmes est bien sûr cause une réaction négative chez plusieurs gens. Les aspects éthiques, moraux du problème apparaissent. Mais, tout de même, de telles découvertes dans les plusieurs cas font bien à l’humanité. Le couple sans enfants, où la réserve ovulaire chez la femme a expiré et l’utérus a été enlevé, et où on a révélé l’azoospermie chez l’homme, pourra avoir les enfants génétiquement sains et biologiquement proches sans services de la mère gestatrice. Cela semble invraisemblable? Qui vit verra! 


Envoyez nous un mail:

X

À l'attention des visiteurs de Fransais!

À propos des changements dans la maternité de substitution en Ukraine:

Lire Fermer
En relation avec les questions fréquemment posées par nos clients, nous vous informons
Actuellement en Ukraine:

Les activités des cliniques de maternité de substitution officielles sont approuvées et accueillis par le Ministère de la santé de l'Ukraine. Nous sommes une telle clinique.

Notre clinique du prof. Feskov A.M. a le maximum de fiabilité et bénéficie de la confiance des citoyens étrangers.
Tous les enfants nés à la suite de programmes de maternité de substitution sont rentrés chez eux avec leurs parents génétiques sans entrave.

La pratique courante pour quitter l’Ukraine avec un bébé consiste à se rendre au consulat pour obtenir un document de voyage ou un passeport. Outre la pratique habituelle pour quitter l’Ukraine, nous appliquons avec succès des méthodes éprouvées:


Si vous avez des questions sur la participation à des programmes de maternité de substitution, vous pouvez poser vos questions à nos avocats, dans le formulaire de contact ou en nous contactant directement