Écrivez
nous

Génétique des donneurs ukrainiens

On pose souvent à l’ordre du jour la question d’utilisation des ovules et du sperme de donneur pour la solution des problèmes d’infertilité. En plus en vertu des certaines données lors de l’utilisation des oocytes de donneur, frais ou vitrifiés, la chance de l’apparition de la grossesse est plus haute. Cela s’explique très bien, on choisit pour ce but les femmes jeunes, saines, sans problèmes dans le système reproductif, dont les cellules reproductrices sont plus capables à la conception. La génétique ukrainienne des donneurs attire non seulement les citoyens de l’espace post-soviétique, mais aussi de l’Europe, où dans plusieurs pays la donation des cellules reproductrices, notamment des oocytes, est défendue à cause des principes éthiques et moraux.

Craintes des parents futurs

La première crainte subconsciente du couple d’époux, dans le traitement de l’infertilité où on recommande d’utiliser les cellules reproductrices de donneur c’est ce que l’enfant ne ressemblera pas aux parents. Dans une telle situation cela est possible seulement dans le cas d’utilisation de l’embryon de donneur, et s’il s’agit de l’ovule ou du sperme, 50% de gènes au minimum seront transférés du couple.

Pour démentir la crainte il faut aussi rappeler le fait que même dans un degré minimum la femme, qui porte un enfant d’autrui, peut influencer dans une mesure sur son génome aux étapes initiales – la fixation de l’embryon. Elle est capable d’ « allumer » les uns et de couper les autres gènes des donneurs d’ovules. Cela explique très bien la ressemblance fréquente des enfants, qui sont nés des oocytes de donneur, avec leur mère.

On prend toujours en compte le phénotype pour la diminution des différences extérieures des parents et de l’enfant. On choisit de façon optimale les donneurs qui ressemblent en apparence aux parents futurs – c’est la taille, la couleur des cheveux, des yeux et autres. En plus on prend en compte le niveau de l’éducation, le caractère et la beauté et autres moments. On prend en compte ces facteurs lors du choix des oocytes et pour les donneurs de sperme aussi.

Gènes principaux

L’intérêt indiqué ci-dessus des couples de l’Ouest envers les donneurs ukrainiens d’ovules, notamment demande aux cliniques, fournissant de tels services de choisir les candidats au maximum soigneusement, pour ne pas faire faux-feu. L’âge, la santé, le statut social, la présence de telles ou telles pathologies chez les proches du donneur - ce n’est pas la liste complète des contre-indications envers la donation, qui garantit une haute qualité du matériel proposé.

D’habitude le couple, en choisissant l’ovule de donneur, cherchent les meilleurs gènes pour son enfant. Les moments tels que l’instruction et l’intellectualité sont dans la plupart des cas les facteurs acquis, qui dépendent des conditions, dans lesquelles l’enfant va grandir. Et qu’est-ce que faire avec la bonneté, l’attractivité et la santé? La réponse est dans les gènes.

La génétique ukrainienne par elle-même séduit les étrangers et les autres. Les Ukrainiennes sont nativement belles, élégantes, fines et féminines. En plus elles sont soigneuses, bonnes, sensuelles et patiente. Et le fait que la donation des gamètes est autorisée au niveau législatif, fait la procédure de la fécondation artificielle sûre et garantit l’absence des violations graves.

A quoi on doit faire attention

Les conditions strictes sont prévues dans l’Ordre du Ministère de la santé publique du 09.09.2013 No 787 aux fins de garantir la santé de l’enfant futur, pour les gens qui peuvent être les donneurs des cellules reproductrices. La santé absolue, l’absence des contre-indications médicales et l’âge – sont les critères principaux de choix.

Les risques lors du don d’ovule pour le couple d’époux sont exclus par la réalisation d’une grande quantité d’analyses et d’examens supplémentaires de la femme – donneuse. Les patientes, ayant les maladies héréditaires et chroniques différentes, les mauvaises habitudes avec les traits négatifs phénotypiques sont exclues.

On réalise obligatoirement le caryotype de donneur, qui permet de définir l’inclinaison au développement des maladies héréditaires graves. L’âge du donneur d’ovule est aussi important. Les gamètes jeunes et sains minimalisent le risque de présence des anomalies chromosomiques de l’embryon. C’est pourquoi l’âge de la femme pour le don ne dépasse pas 35-36 ans, l’âge jusqu’à 32 ans est idéal.

L’Ukraine est un catalogue prémium de donneurs à la base de plusieurs facteurs. Cela est conditionné aussi par la légalité de la donation et le génotype des Ukrainiens, et par la politique de prix adéquate pour la fourniture du service. 


Comentarios ()